Compositrice en résidence : Sophie LACAZE

Les pièces en création au Festival d’Autan :

 

Ce sont quatre courtes pièces qui sont composées en lien avec les Quatre Saisons de Vivaldi ainsi que les lieux de création. Une pièce par saison, écrite en collaboration étroite avec les musiciens dédicataires.

« Cette résidence se déroulera en plusieurs temps, pendant et en dehors du festival, dont la thématique de cette
année sera « Au fil des saisons ».
Tout d’abord, je vais composer 4 courtes pièces en lien avec les « Quatre saisons » de Vivaldi ainsi que les lieux de
création (architecture et acoustique) :
- pièce pour quatuor à cordes,
- pièce pour clarinette et quatuor à cordes,
- pièce pour accordéon et quatuor à cordes
- quatuor de guitares.
Une pièce par saison… qui sera écrite, comme d’habitude en ce qui me concerne, en étroite collaboration avec les
dédicataires (quatuor Adastra, Armand Angster, Pascal Contet, …) »

Sophie Lacaze

Après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur, Sophie Lacaze s’est tournée vers la musique. Diplômée de l’Ecole Normale de Musique de Paris, elle a poursuivi ses études de composition à l’Accademia Musicale Chigiana di Siena Italie) avec Franco Donatoni et Ennio Morricone, suivi les cours de Pierre Boulez au Collège de France et abordé le théâtre musical avec Georges Aperghis au Centre Acanthes. En 2002, elle est invitée en résidence à l’Electronic Music Unit - Université d’Adelaide (Australie). Son catalogue comporte aujourd’hui près de soixantedix oeuvres, des pièces solos aux pièces pour orchestre, en passant par deux opéras et des oeuvres mixtes, régulièrement jouées en France et à l’étranger. Sa musique est présente sur une 12aine de CDs (France, Allemagne, Roumanie, Australie, USA), dont trois monographies. Lauréate de plusieurs concours internationaux, elle a aussi obtenu le Grand Prix Lycéen des Compositeurs (2009) et le prix Claude ARRIEU de la SACEM (2010). En dehors de toute école et de tout courant musical, Sophie Lacaze s’est forgé une esthétique personnelle et originale qui cherche à redonner à la musique ses vocations premières, comme le rituel, l’incantation et la danse, ses liens avec la nature, et dans laquelle le timbre tient une place centrale. C’est au cours de son premier voyage en Australie, en 1996, qu’elle a découvert la culture des Aborigènes. Depuis lors, un retour à l’essence même de l’art musical, à l’épurement fondamental, lui semble essentiel. Elle enseigne la composition et l’histoire de la musique à l’Université Paul Valéry de Montpellier..